« Afrique en cirque: L’énergie du groupe » – Journal Métro

« Acrobaties et vidéos sont à l’honneur dans le spectacle Afrique en cirque, qui se tient à l’Olympia [le 17 février 2017] dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs. Cet événement haut en couleur de la compagnie Kalabanté présente l’Afrique du passé, du présent et de l’avenir en faisant se côtoyer le réel et l’imaginaire.

«Si l’Afrique existe grâce à ses traditions, celle de demain va travailler pour elle-même, pas pour les autres», annonce fièrement son fondateur, Yamoussa Bangoura […] »

Pour la suite de l’article: http://journalmetro.com/culture/1091671/afrique-en-cirque-lenergie-du-groupe/

« Du cirque en hiver » – La Presse +

Pour la suite de l’article : http://plus.lapresse.ca/screens/823c755f-5714-4235-a2e3-d0b5b2c94033%7C_0.html

« Yamoussa Bangoura en piste! » – Jeune Afrique

L’objectif des productions Kalabanté, la compagnie créée par Yamoussa Bangoura en 2007, est clair : sidérer le spectateur par un flot de mouvements, de sons et d’émotions. « Kalabanté » signifie « enfant fonceur » en soussou, l’une des trois langues les plus parlées de Guinée. Et le mot définit parfaitement le parcours du chef de bande. Gamin, il se gorgeait de retransmissions de spectacles de cirques […]

Pour la suite de l’article: http://www.pressreader.com/france/jeune-afrique/20160828/282166470605749

« Compagnie Kalabanté: prouesses africaines » – La Presse

« Pourquoi les Guinéens sont-ils si agiles dans les arts  du cirque? «C’est parce que le cirque a déjà existé en Afrique. Les anciens faisaient déjà toutes sortes de tours de magie, crachaient du feu, enlevaient les yeux, jonglaient avec des oranges», relate Yamoussa Bangoura […] »

Pour la suite de l’article: http://www.lapresse.ca/arts/festivals/nuits-dafrique/201607/20/01-5002767-compagnie-kalabante-prouesses-africaines.php

« Afrique en Cirque » – Le Devoir

» […] Ce devait être le clou de la soirée avec un spectacle conçu pour les Nuits d’Afrique et de nouvelles chorégraphies. Ces artistes sont spectaculaires au possible. On a pu le voir à l’heure du souper lors des dernières années et pour la première fois, ils étaient programmés à la fin de la soirée.

À cause de la météo, le Parterre était rempli à moitié, mais cela n’a pas nui à l’ambiance. Ici encore, un saxophone aux longues lignes lentes se pose sur la batterie avant qu’une chanteuse ne lance ses premières notes envoûtantes.

L’action finit par s’installer : une sorte de grand oiseau humain apparaît, des gens masqués font des gestes presque au ralenti et d’autres commencent les culbutes au sol. Ils se lanceront dans les airs en tournant sur eux-mêmes à deux mètres de hauteur. […] »

Pour la suite de l’article : http://www.ledevoir.com/culture/musique/445535/un-dernier-dimanche-aux-nuits-d-afrique

« Kalabanté, un cirque Nord-Sud pour raccrocher les jeunes à la vie » – Radio-Canada

« D’Igloolik à Conakry, la troupe Kalabanté crée des ponts entre les cultures et joint l’agréable à l’utile en se servant du cirque comme outil d’intervention sociale. Ginette Lamarche de Radio-Canada a profité d’une répétition du spectacle Afrique en Cirque, présenté au Festival Nuits d’Afrique, pour discuter de son engagement avec son fondateur, le Québéco-Guinéen Yassouma Bangoura. »

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/730194/kalabante-cirque-social-guinee-inuits